La Faculté des Sciences de l’Éducation a en son sein, une Association des Étudiants de ladite faculté en abrégé AEFSE qui regroupe tous les étudiants.

Cette association a pour buts de :

Dans ses missions, l’AEFSE :

CLUBS ACADÉMIQUES

Ce sont des clubs qui représentent les filières de la Faculté ; ils sont Chargés de :

  • promouvoir leurs filières respectives ;
  • veiller à la maîtrise de certains aspects pratiques des enseignements que les étudiants de leurs filières reçoivent ;
  • assurer l’animation de l’établissement en collaboration avec les délégués et l’AEFSE.

LES DÉLÉGUES D'ÉTUDIANTS

Afin d’optimiser la qualité de l’offre de formation, le suivi des activités académiques par filière et par niveau est confié aux délégués élus par les étudiants de chaque niveau. Ces derniers ont uniquement pour mission de :

  • contrôler et suivre systématiquement l’exécution des programmes d’études de leur
    niveau par la gestion des cahiers de texte ;
  • représenter les étudiants de leur niveau auprès de l’AEFSE et des autorités de la
    Faculté ;
  • introduire et défendre à travers les clubs et l’AEFSE tous les problèmes à caractères académique, social et culturel qui se posent aux étudiants de leur niveau et de rechercher les voies conduisant à leurs solutions dans la limite des possibilités conformes à la déontologie académique.

LES ACTIVITÉS SPORTIVES ET CULTURELLES

La pratique du sport dans une institution comme la FSE contribue à promouvoir le respect de l’éthique et des valeurs éducatives et humanistes. En effet, dans une perspective préventive à vocation éducative, elle contribue à l’éducation à la santé en permettant aux personnels et aux étudiants de mieux connaître leur corps, et à l’éducation à la sécurité, par des prises de risques contrôlées. Elle éduque à la responsabilité et à l’autonomie, en faisant accéder les pratiquants à des valeurs morales et sociales, telles que le respect de règles, le respect de soi-même et d’autrui.

Le sport joue aussi un rôle déterminant dans la prévention de certaines maladiescardiopathieset donne sens au « vivre ensemble » et à l’apprentissage de la vie associative. En effet, il semble évident que la pratique d’une activité physique et sportive, assortie de leçons de maintien, contribuerait pour une très large part à une diminution importante des cardiopathies et dans certains cas, des déformations vertébrales.

Le domaine préventif étant très souvent absent dans nos institutions universitaires, la stratégie mise en place au sein de la FSE consiste principalement à traiter de l’activité physique et sportive comme un facteur déterminant de la santé et du bien-être des personnels et des étudiants, notamment en ce qui concerne la charge des maladies non transmissibles associées à des niveaux d’activité insuffisants et à un comportement sédentaire.

Alors que seul existe la dimension curative parfois contestée en cas de fracture et/ou de traumatisme engageant le pronostic vital d’un organe, cette stratégie contribue à la santé de toute la population, par exemple en combattant les risques d’obésité ou d’affections liées à la sédentarité.

La pratique du sport participe ainsi pleinement à la santé et à la préservation de l’intégrité physique des personnes. C’est donc un atout privilégié pour l’égalité des chances et pour la formation citoyenne des jeunes.

Partant de ces postulats, la FSE organise régulièrement en son sein de nombreuses activités sportives et culturelles qui rentrent dans l’animation de la FSE et dans le resserrement du lien de solidarité entre les étudiants de ladite faculté. C’est dans ce cadre que s’inscrivent un ensemble d’activités sportives comme le « sport pour tous » et l’organisation de la « Coupe du Doyen » entre autres.